Grand débat à Rodez : Macron a-t-il convaincu ?

Le grand débat sur les retraites à Rodez (Aveyron) s'est fini en fin de soirée jeudi 3 octobre. Un débat suivi sur le plateau de Franceinfo par Gilles Bornstein, éditorialiste politique, et Frédéric Sève, secrétaire national Sgen-CFDT.

Le grand débat, une méthode déjà utilisée par Emmanuel Macron après la colère des "gilets jaunes". Cela fonctionne-t-il ? "Il l'affectionne oui clairement, il adore ça. À un moment ou ça allait se terminer, il a en redemandé (…) comme un enfant qui n'a pas envie d'aller se coucher", glisse Gilles Bornstein, éditorialiste politique. "L'objectif était de faire de la pédagogie, que les Français connaissent de mieux en mieux le système. (…) il est très rarement pris en défaut sur les questions techniques. Si l'objectif était de monter qu'il connaissait, oui. Si l'objectif était de mettre dans la tête des Français la philosophie de la réforme, certainement. Mais s'il était de rassurer, non. Les Français ne peuvent être rassurés que quand ils sauront deux choses : l'âge de départ et le montant de leur retraite", continue l'éditorialiste.

Quel pilotage ?

Sur ces deux points, il n'y a pas eu de réponse précise ? "Combien de temps on va travailler, c'est déjà fixé dans la loi Touraine (…) l'avenir est déjà pas mal écrit en la matière par les lois antérieures. Quant à la valeur du point, le rapport Delevoye propose 10 euros la valeur d'achat et 50 centimes la valeur de service. Mais au-delà de la valeur, c'est le pilotage qui est important. Tout ça reste à déterminer, et surtout il faut construire le pilote de cet avion", avance Frédéric Sève, secrétaire national Sgen-CFDT.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne