Économie : va-t-on encadrer les retraites chapeaux ?

FRANCE 3

Face aux polémiques que suscitent les retraites chapeaux de certains grands patrons français, Bruno Le Maire a annoncé qu'elles seraient plafonnées. Une mesure qui devrait en vérité n'avoir que peu de conséquences.

Les retraites des grands patrons sont dans le viseur de Bercy. "Je ramènerais à 30% du salaire des dirigeants le montant maximum de la retraite chapeau", a assuré le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, jeudi 4 avril sur BFMTV. Ce n'est pas la première fois qu'un gouvernement veut s'y attaquer. Dès 2005 avec la loi Breton, puis en 2009 avec un décret ou encore avec la loi Macron en 2014. Aucun de ces textes n'a réellement fait baisser les montants de ces retraites chapeaux.

Pas de changement pour Tom Enders ou Carlos Ghosn

Alors un plafond à 30% du salaire va-t-il être efficace ? "Il y a très, très peu de patrons qui dépassent 30%, alors qu'ils ont de très, très gros salaires fixes et variables", assure Pierre-Henri Leroy, président de Proxinvest. Par exemple, cette mesure n'aurait rien changé pour Tom Enders, parce qu'Airbus n'est pas une société de droit français, ni pour Carlos Ghosn, car sa retraite était inférieure à ce nouveau plafond.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne