Qui a bénéficié des ruptures conventionnelles ?

FRANCE 2

Tous les secteurs ne sont pas égaux face à l'utilisation des ruptures conventionnelles, instaurées en 2008. Les employés très qualifiés ou à l'inverse très peu qualifiés sont ceux qui s'en sortent le mieux.

Depuis la création de la rupture conventionnelle, en 2008, le marché du travail a beaucoup changé : des secteurs se sont développés quand d'autres ont souffert, et c'est la classe moyenne qui a été pénalisée. "La première catégorie touchée, ce sont les employés de bureau, dans les banques, les compagnies d'assurance, les services administratifs des entreprises", explique le journaliste Jean-Paul Chapel en plateau. Ils représentaient 24% des effectifs du privé en 1994 et seulement 20% en 2013, la faute aux suppressions de postes. Les ouvriers qualifiés sont aussi passés de 27% à 23%.

Les deux extrêmes s'en sortent le mieux

A l'inverse, les ingénieurs sont de plus en plus nombreux. Ils représentaient 9% des effectifs du privé en 1994 et 14% en 2013. Le progrès technologique est à l'origine de beaucoup de ces changements. "Les robots et l'informatique ont fortement touché la classe moyenne, détaille le journaliste. Ceux qui ont sauvé leur emploi sont aux deux extrêmes : les très qualifiés et ceux qui ne le sont pas du tout, mais que l'on ne peut pas remplacer par une machine."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne