Papoter au travail

Un article sur cadremploi.fr revient sur le papotage, une activité hautement vertueuse selon les recherches d'un professeur de l'université de Nantes. Une occasion de revenir sur l'importance des relations informelles pour une entreprise.

Papoter au travail : à contrôler ou à encourager ?

Perçue par beaucoup comme une perte de temps, les conversations autour d'un café ou dans un bout de couloir peuvent avoir beaucoup plus d'impact qu'une réunion classique. C'est un des mécanismes qui permet à une entreprise de fonctionner.Si beaucoup d'entreprises ont tenté de maîtriser ces échanges d'informations - qu'elles perçoivent souvent comme un risque - elles se sont rapidement rendu compte que la bataille était perdue d'avance. Et, cerise sur le gâteau, qu'elle est contreproductive ! En effet, confronter ses soucis ou ses méthodes de travail est essentiel pour améliorer ses performances. Aucune formation, si complète soit-elle, ne peut remplacer « l'expérience métier ». Papoter au quotidien, avec ses collègues, permet de mutualiser les savoir-faire « informels » et de limiter son stress !

Papoter : un atout pour le manager

Bien sûr, l'information est un pouvoir que tout manageur aimerait être capable de maîtriser. C'est pourtant un rêve illusoire devant la masse d'informations informelles échangée chaque jour par la pipelette qui sommeille en chacun de nous. Et c'est plutôt sain pour tout le monde. Car au delà de se tenir au courant des derniers ragots, discuter de façon informelle et privée permet d'ajuster les processus de travail, d'anticiper les problèmes et de prendre le pouls de la motivation de tous. Des données fondamentales pour tous les manageurs alors que papoter reste paradoxalement une spécialité des salariés ! 

Voir l'article de Cadremploi. 

Aude

15 juillet 2008