VIDEO. Sexistes les religions ? Delphine Horvilleur, l’une des trois femmes rabbins de France répond

BRUT

La journaliste et rabbin Delphine Horvilleur s’interroge sur la place des femmes dans les religions.

Elles ne sont que trois en France. Elles, ce sont les femmes rabbins, dont Delphine Horvilleur fait partie. Également directrice de la rédaction de La Revue de pensée(s) juive(s) Tenou’a, elle s’interroge aujourd'hui sur le rôle accordé aux femmes dans les religions et du manque de pouvoir qui leur est conféré. "Ce qui est troublant dans nos traditions religieuses, c’est que les leaders de nos traditions parlent tout le temps des femmes mais ils ne parlent jamais avec des femmes". Delphine Horvilleur pointe notamment l’absence de prise de parole des femmes sur certains sujets qui les concernent - comme la contraception - pourtant fréquemment abordés et débattus par de nombreux religieux.

"Il faut changer les modèles"

Pour Delphine Horvilleur, les choses doivent évoluer. Les interprétations des textes religieux par les femmes doivent être prises en compte afin de "faire grandir une nouvelle génération avec d’autres repères". Selon elle, "on est héritiers dans nos traditions religieuses d’un monde où tout a été filtré par le regard, par l’interprétation et par la voix des hommes", un héritage qui va à contre-courant d’un progressisme nécéssaire. "On doit accepter l’idée qu’on encense le parcours d’hommes et de femmes dans nos traditions qui ont changé leur temps, qui ont été capables d’être novateurs, de réformer le monde dans lequel ils vivaient." Delphine Horvilleur appelle à suivre le chemin de ces "héros […] qui ont eu le courage de changer une perception figée." Et de conclure : "Être un enfant d’Abraham, c’est peut-être être capable, parfois, du même culot, de la même capacité de remise en question, de réforme qui a été celle de nos ancêtres."

Vous êtes à nouveau en ligne