VIDEO. L’Islande, championne du monde de l’égalité hommes-femmes ?

BRUT

L’Islande est la championne du monde de l’égalité hommes-femmes. Voici les trois raisons.

L’égalité salariale au rendez-vous

Depuis le 1er janvier 2018, l’Islande est le premier pays au monde où la partie salariale est obligatoire et contrôlée. En effet, ce n’est plus aux femmes de prouver qu’elles sont victimes de discrimination mais aux entreprises de montrer que les hommes et les femmes gagnent autant à travail égal. Ce combat a commencé le 24 octobre 1975 avec la grève des femmes. 90 % des Islandaises ont cessé toute activité pour défendre leurs droits et pour montrer que la moitié du pays était indispensable à son fonctionnement.

Un combat politique

En 1983, les femmes ont créé leur propre parti : l’Alliance des femmes. Cela leur a permis d’entrer massivement au Parlement. De plus, l’Islande a été le premier pays à élire démocratiquement une femme Présidente en 1980. C’est donc Vigdis Finnbogadottir, une mère célibataire, qui a exercé ses fonctions pendant quatre mandats consécutifs. "Quand j’ai réalisé que ceci paraissait tellement important dans le monde, qu’une femme soit élue comme Présidente de l’Islande, ça m’a ouvert les yeux et je suis devenue féministe", a-t-elle déclaré.

Le féminisme, même au foyer

En Islande, 80 % des femmes travaillent contre 67 % en France. Le congé parental dure neuf mois. Dans ces neufs mois, un tiers est réservé à la mère, un tiers au père et un tiers partageable entre les deux parents. 90 % des pères prennent une partie du congé. Si l’Islande est plus égalitaire que les autres pays, des différences persistent toutefois. En 2017, les hommes ont pris trois mois de congé parental, en moyenne, contre six mois pour les femmes.

Vous êtes à nouveau en ligne