VIDEO. "Cash Investigation". Propos sexistes dans une salle de marchés

Entre 2008 et 2013, Lydia a été tradeuse chez Natixis, une banque de financement. Elle rapporte les propos sexistes dont elle affirme avoir été l'objet dans une salle de marchés… Un extrait de "Egalité hommes femmes : balance ton salaire", une enquête de Zoé de Bussierre diffusée mardi 19 mai 2020 à 21 heures sur France 2. 

A la fin de son enquête sur Natixis, une banque de financement, de gestion et de services financiers, le magazine "Cash Investigation" (Facebook, Twitter, #cashinvestigati) rencontre Lydia, une ancienne tradeuse qui ose aujourd’hui dénoncer ce qu’elle a enduré au début des années 2010 dans une salle de marchés : “Si on voulait avoir un travail, il fallait plutôt être sourde, parce que sinon, vous aviez moyen de vous énerver toute la journée. A un moment donné, j’envoie un mail de travail dans lequel je demande les prix aux Etats-Unis et mon N+1 me répond 'Suceuse de bites !' Il voulait être drôle, je pense, parce qu’en fait, l’équipe était en copie… C’était ça qui était sympa…”

Tous les collègues de la jeune femme ont donc reçu ce mail de son supérieur hiérarchique. Qui a réagi ? "Il y en a un qui a écrit : ’Oups, dérapage.' Vous aviez droit aux regards lubriques, aux réflexions sur vos seins, vos fesses, vos tenues… Enfin, c’était tout le temps.” Natixis décide finalement d’accorder une interview à Elise Lucet : “On a eu des témoignages concordants qui se plaignaient d'une ambiance sexiste en salle de marchés, des propos sur les femmes enceintes, par exemple, qu'on appelait les pondeuses”, dit la journaliste à Cécile Tricon-Bossard, directrice déléguée des ressources humaines de la banque. “C'est très regrettable", reconnaît-elle.

L’auteur n’aurait pas été sanctionné et a quitté l’entreprise, de son plein gré, quelques années plus tard

"Il y a eu des mails aussi qui ont été envoyés avec des propos pour le coup très sexistes", précise la présentatrice du magazine d’investigation diffusé sur France 2. “C'était effectivement il y a près de dix ans. Je le regrette.” Cette personne est bien une victime ? "Tout à fait, tout à fait. Et je regrette très profondément la situation qu'elle a vécue. Ce que je peux vous dire, c'est qu'aujourd'hui, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour que ces situations-là ne se reproduisent pas. Ce que vous décrivez est inacceptable.”

Cette personne qui a parlé de "suceuse de bites", de "moulage de poitrine"… a-t-elle fait l’objet de sanctions ? “La personne a été sanctionnée en effet. Je n'ai plus le souvenir de la manière… Je ne peux pas vous répondre…” L’auteur n’a pas été licencié ? “Je peux vous dire que la situation a été traitée”, affirme la DRH. "Cash Investigation" a demandé à Natixis des précisions sur cette sanction, mais la banque n'a pas souhaité en apporter. D’après les informations recueillies, le salarié qui a écrit ces courriels sexistes n’aurait pas été sanctionné. Il a quitté l’entreprise quelques années plus tard… de son plein gré.

Un extrait de "Egalité hommes femmes : balance ton salaire", une enquête de Zoé de Bussierre diffusée mardi 19 mai 2020 à 21 heures sur France 2. 

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne