VIDEO. "Cash Investigation". Pourquoi les infirmières sont-elles si mal payées ?

Si les métiers dits à "prédominance féminine" sont mal rémunérés, c’est bien parce qu’ils sont occupés par des femmes. Rencontre avec l’économiste Rachel Silvera, spécialiste des questions d'égalité professionnelle en matière de salaires… Un extrait de "Egalité hommes femmes : balance ton salaire", une enquête de Zoé de Bussierre diffusée mardi 19 mai 2020 à 21 heures sur France 2.

Sur 87 sortes de métiers en France, les familles professionnelles, la moitié des femmes se concentrent dans 11 d’entre eux, dont assistantes maternelles, aides-soignantes, secrétaires, femmes de ménage à domicile ou encore infirmières… Ce sont des métiers dits à "prédominance féminine". Le magazine "Cash Investigation" (Facebook, Twitter, #cashinvestigati) est allé prendre un petit cours d’économie à la Sorbonne avec Rachel Silvera, une économiste qui travaille depuis plus de trente ans sur les inégalités professionnelles. Elle connaît tout de ces 11 métiers exercés majoritairement par des femmes et de ce que cela implique pour leur porte-monnaie.

"On dit ces métiers à prédominance féminine parce qu’il y a au moins 60, plutôt 70, voire 90% de femmes qui les occupent, explique-t-elle. Il y aurait des métiers qui sont des métiers de femmes et qui renvoient finalement à un prolongement 'naturel' de ce que font les femmes à la maison, dans la famille : s’occuper des enfants, éduquer… Beaucoup de ces métiers relèvent du soin." Cela a quelles conséquences d’avoir un métier essentiellement exercé par des femmes ? "C’est bien entendu le salaire. Dans la plupart des professions qu’occupent ces femmes, on se retrouve en bas de l’échelle des rémunérations, tout proche du smic horaire."

Rapporté au salaire moyen de chaque pays, les infirmières françaises sont moins bien payées que leurs collègues grecques, espagnoles ou mexicaines

"Si un homme occupe un métier à prédominance féminine, est-il aussi mal payé qu’une femme ?" demande la journaliste Elise Lucet. "Oui. Un infirmier, au départ de sa carrière, touche comme une infirmière. Il rentre dans la grille salariale", répond la codirectrice du MAGE (groupe de recherche Marché du travail et genre) qui ne prend pas cet exemple au hasard. Le métier d’infirmier est exercé à 88% par des femmes. En France, les infirmières sont mal payées, soit en moyenne 1 800 euros net par mois. Rapporté au salaire moyen de chaque pays, elles sont moins bien rémunérées que leurs collègues grecques, espagnoles ou mexicaines. Et ce n’est pas faute d’avoir manifesté, en 1988, 1991… pour réclamer de meilleurs salaires.

Elles se font à nouveau entendre à l’été 2019, avec les mêmes slogans et les mêmes revendications : "La chose évidente, c’est le manque de reconnaissance qui passe forcément par une reconnaissance financière", affirme l’une de ces blouses blanches applaudies par la population tous les soirs à vingt heures depuis le début de la pandémie du coronavirus Covid-19. Les infirmières, qui ont été en première ligne en prenant des risques pour sauver des vies, espèrent enfin une revalorisation salariale.

Un extrait de "Egalité hommes femmes : balance ton salaire", une enquête de Zoé de Bussierre diffusée mardi 19 mai 2020 à 21 heures sur France 2. 

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne