Témoignage : la spirale du surendettement

Voir la vidéo
FRANCE 2

Une jeune mère de famille surendettée tente de faire face aux dépenses de la vie quotidienne. 

"Ce sont les charges de la vie courante qui ont provoqué mon surendettement. J'avais un loyer à assumer, l'électricité, la nourriture, le téléphone. Je me suis endettée complètement. Cela s'est enchaîné très vite. Je suis passée du haut à plus bas que terre." La dégringolade de Céline débute en 2012, lorsqu'elle perd son emploi d'agent d'entretien. Au chômage, cette mère de deux enfants ne parvient plus à payer son logement. Elle accumule les dettes et se retrouve à la rue. "On est tout près de mon ancien appartement. J'y ai été expulsée avec mes enfants le 31 octobre 2015. Cela fait mal quand on vous prend tous vos meubles, de dire à ses enfants qu'ils n'auront plus de chambre", lance-t-elle, très émue.

Elle cesse de payer ses loyers pendant trois ans

Sans revenus, Céline se trouve dans l'impossibilité de régler ses loyers pendant trois années. Sa dette s'élève à 8 000 euros. "Je me suis retrouvée sans salaire, sans CAF. J'avais 450 € pour vivre par mois avec 350 € de loyer à donner. Cela n'était pas possible. J'ai privilégié la nourriture pour mes enfants. Je reste forte pour eux." Depuis son expulsion, Céline a été contrainte de retourner vivre chez sa mère avec ses deux fils. Elle a déposé un dossier de surendettement à la Banque de France en 2017, son cas doit être étudié bientôt par la justice, qui décidera si sa dette de 8 000 € pourra être effacée. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne