"C'est Beyrouth", un exposition pour rendre visibles les femmes invisibles

FRANCEINFO

Nous sommes partis à la rencontre de Myriam Boulos, photographe libanaise qui expose à l'Institut des cultures d'islam de Paris.

Myriam Boulos avait un défi : redonner vie à ces femmes invisibles du Liban. Femmes de ménage venues d'Afrique ou d'Asie, elles font partie du tiers des habitants immigrés que compte le pays. Leur sort est différent de certains de leurs compatriotes car elles appartiennent à leurs employeurs. Ce système de tutelle strict où le patron a tous les droits sur ses employés s'appelle la kafala.

Femmes de l'ombre

Myriam Boulos les rencontre le dimanche, seul jour de congé pour ces femmes de l'ombre. De l'ombre, elles en sortent devant l'objectif de la jeune photographe. À l'Institut des cultures d'islam de Paris, on peut admirer des photos de ces femmes en boîte de nuit. "C'est un night club sauf que ça se passe la journée vu que c'est le moment où elles sortent, raconte Myriam Boulos, photographe de l'exposition. Je n'avais pas du tout envie qu'elles soient 'objectifiées' comme les médias occidentaux le font souvent. Ils montrent généralement la misère et je ne voulais pas tomber dans le regard raciste de certains libanais." Myriam Boulos a arpenté chaque quartier de Beyrouth où elle les a retrouvées pleines de vie. "C'est le seul jour où on voit leur place dans la ville. Elles prennent possession des quartiers et jouent leurs propres pièces", achève-t-elle. L'exposition "C'est Beyrouth" regroupe 16 regards de photographes sur la capitale libanaise.

Vous êtes à nouveau en ligne