Violences : quelle réponse donnée par la justice ?

France 2

Alors que l'université d'été du PS a été annulée pour des raisons de sécurité, France 2 s'interroge sur la réponse donnée par la justice à ces violences.

Les auteurs des exactions récentes lors des manifestations ont-ils été interpellés et condamnés ? "Fin juin, il y avait eu 1 776 interpellations et 1 198 personnes ont été placées en garde à vue. Seulement, il n'y a eu que 95 condamnations au final. Cela s'explique notamment par le fait que tous les procès n'ont pas encore eu lieu", explique Dominique Verdeilhan en plateau.  

Des peines de prison

Des manifestants ont été poursuivis aussi bien à Paris, Nantes et un peu partout en France. Jusqu'à présent, les condamnations s'échelonnent de six mois avec sursis à six mois ferme. Concernant les actes de vandalisme contre le Parti socialiste ou les syndicats, il y a eu une trentaine de permanences du PS qui ont fait l'objet de saccages. "Il y a aussi les sièges de la CGT et de la CFDT. Là aussi, il a eu des interpellations, mais des personnes relâchées aussitôt à cause de la difficulté à identifier les auteurs. En revanche, une condamnation de six mois avec sursis a été rendue au Havre (Seine-Maritime) avec une obligation de réparer les dommages", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne