Violences à Paris : premières comparutions et premières peines

FRANCE 2

18 personnes, dont quatre mineurs, ont été déférées samedi devant le tribunal de Paris. À Nantes, de jeunes manifestants ont écopé de peines de prison ferme. Les explications de Claude Sempère, en duplex.

Après les violences en marge des manifestations anti loi Travail, il y avait les premières comparutions au tribunal, ce samedi 30 avril. "Toutes les personnes présentées cet après-midi 30 avril en comparution immédiate étaient accusées de violence contre la police. Pour le moment, une seule personne a été jugée. Il s'agit de Kevin, 19 ans. Il était accusé d'avoir insulté les policiers et de leur avoir lancé des projectiles. Le procureur avait demandé à son encontre une peine de prison de six mois ferme. Le tribunal vient de décider de le relaxer, faute de preuves", explique Claude Sempère.

Un usage légitime et proportionné de la force

Hier, vendredi 29 avril à Nantes (Loire-Atlantique), plusieurs jeunes manifestants ont été condamnés à des peines de prison ferme. "Pour les manifestations de demain 1er mai, le gouvernement a donné des consignes très strictes aux préfets. Il est demandé aux organisateurs d'avoir un vrai service d'ordre, capable de maîtriser les fauteurs de troubles. Et il est demandé aux policiers et gendarmes d'interpeller tous les fauteurs de troubles, mais en faisant un usage légitime et proportionné de la force", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne