Une grève de la CGT bloque la parution de tous les quotidiens à l'exception de "L'Humanité"

Des piles de journaux et de magazines dans un kiosque parisien, le 14 janvier 2015.
Des piles de journaux et de magazines dans un kiosque parisien, le 14 janvier 2015. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Le journal communiste est le seul à publier une tribune envoyée aux quotidiens par le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Le mouvement contre la loi Travail est aussi visible dans les kiosques. Une grève de la CGT du Livre empêche la parution, jeudi 26 mai, de tous les quotidiens nationaux, à une exception : L'Humanité. Le journal communiste est aussi le seul à publier une tribune adressée à tous les quotidiens nationaux par le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Des grèves avaient déjà empêché la parution des quotidiens nationaux le 31 mars et le 28 avril. "Cette troisième non-parution, comme les deux précédentes, n'est liée à aucun contexte propre à nos journaux ou à nos imprimeries. Nos lecteurs sont les victimes d'un conflit strictement politique qui oppose la CGT au gouvernement", dénonce le Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN).

Le résultat d'un chantage de la CGT ?

"Nous protestons contre ces blocages scandaleux dont nous sommes comme vous les victimes. Ils témoignent de la surenchère politique 'radicale' de la CGT", déplore Le Figaro dans son édito de jeudi. Selon le directeur des rédactions du quotidien, la CGT exigeait la parution de la tribune de Philippe Martinez en échange de la parution du Figaro.

C'est aussi ce qu'affirme le fondateur de L'Opinion, Nicolas Beytout, dans un édito sur le site du journal. "On n'a jamais publié de communiqué sous la pression et on ne le fera jamais", a réagi de son côté le directeur de Libération, Laurent Joffrin, sur France Inter, critiquant l'attitude de L'Humanité, "qui s'est couché". "Ce texte a été adressé à l'ensemble des quotidiens. L'Humanité le publie bien volontiers", explique de son côté le journal communiste au bas de la page consacrée à la tribune du leader syndical. 

"Ni exigence, ni diktat", assure la CGT

La CGT du Livre, elle, affirme qu'elle n'a eu "ni exigence, ni diktat" envers les journaux. Sur France Inter, son secrétaire général a cependant confirmé qu'elle avait "proposé à tous les quotidiens de donner une expression à Philippe Martinez". "La liberté de la presse et la démocratie doivent se faire dans les deux sens. C'est nous qui sommes pris en otages par le gouvernement qui veut appliquer une loi", a-t-il ajouté.

Les quotidiens de jeudi restent disponibles en ligne et plusieurs journaux, dont Le Parisien et Le Figaro, autorisent le téléchargement gratuit de leur édition du jour.

Vous êtes à nouveau en ligne