Télétravail : les Français s'en méfient

FRANCEINFO

Le télétravail se développe de plus en plus. Mais les Français semblent moins enclins à s'y mettre que leurs voisins européens. Pour quelles raisons ?

Avec la galère prévue dans les transports ces prochaines semaines, le télétravail va trouver des adeptes. Aujourd'hui, avec Skype, les vidéoconférences, les ordinateurs portables et le Wi-Fi, il n'y a plus trop d'excuses. Depuis septembre dernier et les ordonnances sur la loi Travail, les règles sur le télétravail sont assouplies. Aujourd'hui, ce n'est plus du cas par cas. Avant, il fallait que ce soit forcément écrit dans votre contrat de travail ou dans votre avenant. Désormais, le droit au télétravail peut être inscrit dans l'accord collectif ou dans une charte d'entreprise. Cela peut être occasionnel, avec un simple accord mutuel oral ou écrit.

16% des travailleurs français, 30% des travailleurs européens

Désormais, si le télétravail est permis par une charte ou un accord, l'employeur, s'il refuse, doit motiver sa décision. Pour le télétravail, vous devez, selon la loi, forcément utiliser les technologies de l'information et de la communication. Aujourd'hui, seulement 16% des travailleurs français l'utilisent, alors que 30% des travailleurs européens s'y sont déjà mis. Le retard français s'explique par la peur de l'isolement social et des conséquences que l'éloignement géographique pourrait avoir sur notre carrière.

Vous êtes à nouveau en ligne