Réforme du Code du travail : les dernières négociations

France 3

À partir de mardi 22 août, les dernières discussions sur la réforme du Code du travail débutent entre gouvernement et partenaires sociaux. Parmi les points les plus contestés, le plafonnement des indemnités prud'homales.

Surtout ne pas perdre pied. Annie Piollat, 56 ans, a été licenciée en juillet pour incompatibilité d'humeur avec une collègue. Elle a rendez-vous avec un conseiller CGT pour préparer son dossier aux prud'hommes. Son employeur, une entreprise d'aménagement urbain, l'a limogée du jour au lendemain. Elle veut prouver que son licenciement est abusif. "Ça m'a mis dans un état de souffrance. Je me suis demandée si ça valait le coup de continuer à vivre. Le fait que justice me soit rendue ou que je sois entendue, ça va me servir dans ma reconstruction et je ne pense pas que les histoires de barème puissent m'aider à me reconstruire", confie Annie Piollat.

Un plafonnement attendu par les patrons

La nouvelle loi prévoit de fixer un barème et un plafonnement pour les indemnités de dommages et intérêts en cas de licenciement abusif. Actuellement, c'est le juge prud'homal qui prend la décision. Haykail Zaier, PDG d'Arpec Multiservices, attend avec impatience ce plafonnement. Pour lui qui veut embaucher, sa plus grande angoisse est de se tromper et de se retrouver aux prud'hommes. Selon le Medef, une entreprise sur trois est mise en liquidation après une condamnation aux prud'hommes. Le plafonnement, c'est la réforme prioritaire pour le patronat.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne