Paris : Handicap International change la date de sa pyramide de chaussures à cause d'une manifestation de la France insoumise

Un enfant dépose une paire de chaussures sur la pyramide syndicale d\'Handicap International, pour dénoncer les mines antipersonnels, en 2014 à Lyon (Rhône).
Un enfant dépose une paire de chaussures sur la pyramide syndicale d'Handicap International, pour dénoncer les mines antipersonnels, en 2014 à Lyon (Rhône). (JEFF PACHOUD / AFP)

La manifestation de la France insoumise prévue le 23 septembre empêche la tenue de la pyramide de chaussures d'Handicap International, prévue le même jour à Paris. 

L'ONG Handicap International a annoncé mardi 19 septembre, dans un communiqué, avoir appris "la semaine dernière" qu'elle devait renoncer à organiser sa 23ème pyramide de chaussures le samedi 23 septembre place de la République, à Paris, en raison de la tenue d'une manifestation organisée par la France insoumise contre la réforme du Code du travail. Le rendez-vous, qui se tient tous les ans, a été avancé au vendredi 22 septembre.

Contactée par franceinfo, l'ONG a expliqué chercher 150 bénévoles disponibles à cette date, et regrette que la campagne d'affichage dans le métro parisien soit "caduque", la date du 23 septembre y étant annoncée. "Malgré nos efforts de communication, nous redoutons que les habitués de la Pyramide se rendent automatiquement le samedi 23 septembre place de la République" ajoute Handicap International.

La date reste inchangée dans toutes les autres villes de France

Handicap International, qui explique se voir prêter l'équipement nécessaire à l'opération, notamment un écran géant, par des partenaires, affirme également craindre que le matériel ne soit pas disponible le vendredi, et que l'affluence soit moindre, tant du côté des spectateurs que des bénévoles.

Le rendez-vous est maintenu au 23 septembre dans les 28 autres villes de France où il est également organisé.

Depuis 1995, Handicap International organise cette collecte symbolique de chaussures pour sensibiliser les citoyens aux conséquences des mines, des bombes à sous-munitions et de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. "La chaussure représente le pied, la jambe arrachée ou la vie perdue de milliers de civils innocents suite à l’explosion d’une arme explosive", explique l'ONG sur son site.