Manifestation : la CGT accusée d'avoir pris part aux violences

France 3

Des militants de la CGT sont accusés d'avoir participé aux débordements qui ont accompagné la manifestation de mardi 14 juin à Paris.

L'implication de la centrale syndicale fait polémique. Deux jours après les violences à Paris en marge de la manifestation contre la loi Travail, trois photos publiées par la police mettent en accusation des syndicalistes. On y voit des militants sur le lieu de ralliement des cars de manifestants en train de dépaver la rue. Sur des images filmées par une télévision russe, on voit aussi des dizaines de syndicalistes se ruer sur des policiers acculés. Un riverain raconte avoir vu des militants "avec des gilets CGT lancer des pavés et des cailloux."

Des actes de défense

Pour la préfecture de police, une centaine de militants a blessé une dizaine de policiers. Le syndicat récuse ces accusations. Pour Phillippe Martinez, secrétaire général de la CGT, "il y a dû y avoir un ordre de charger les manifestants, quand c'est comme ça, c'est pas la première fois chacun essaye de se défendre." La prochaine manifestation est prévue le 23 juin, le gouvernement a menacé d'interdire ce rassemblement si les conditions de sécurité n'étaient pas réunies.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne