Loi Travail : syndicats et gouvernement campent sur leurs positions

France 3

Ne pas rompre et relancer le dialogue. Une manœuvre délicate tentée par Manuel Valls et Myriam El Khomri en recevant les syndicats ce mercredi 29 juin après quatre mois de conflit sur la loi Travail.

Les dirigeants des principaux syndicats ont répondu à l'appel du Premier ministre ce mercredi après-midi, mais sans grande conviction. Principal désaccord pour la CGT et FO, l'article 2 de la loi Travail, qui prévoit que de futurs accords de branche permettront de revoir les salaires, les droits à la formation ou de définir ce qu'est la pénibilité. Le temps de travail pourrait être négocié dans chaque entreprise, une ligne rouge pour la CGT, qui craint le dumping social. "Sous la pression des donneurs d'ordres, des entreprises vont baisser la majoration des heures supplémentaires ou augmenter le temps de travail", estime Philippe Martinez, le leader de la CGT.

Statu quo

"Nous n'irons pas dans le sens des syndicats souhaitant la prééminence des branches dans des domaines où l'accord d'entreprise est le plus à même d'apporter des réponses souples et efficaces", a déclaré Manuel Valls. Les syndicats prévoient une nouvelle manifestation le 5 juillet, tandis qu'à l'Assemblée nationale, communistes et socialistes frondeurs préparent une motion de censure en cas de 49.3. l'opposition, elle, se frotte les mains. Le projet de loi Travail sera étudié à partir de mardi prochain dans l'hémicycle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne