Les 4 Vérités - "On va rester dans un chômage de masse", estime Eric Heyer, de l'OFCE

France 2

Eric Heyer, directeur du département analyse et prévision de l'Observatoire français des conjonctures économiques, est l'invité de Roland Sicard sur le plateau des 4 Vérités de France 2 ce jeudi 14 avril.

Sur France 2 ce soir, François Hollande "n'aura pas beaucoup de marges de manoeuvre pour annoncer de bonnes nouvelles, car souvent les bonnes nouvelles ont un coût budgétaire", estime Eric Heyer, jeudi matin dans Les 4 Vérités. L'économiste rappelle que le gouvernement s'était "engagé à avoir un déficit en 2015 de 3,8% et il est de 3,5%, mais ça ne veut pas dire qu'il y a une cagnotte ou des marges de manoeuvre". Le chef de l'État pourra néanmoins "s'appuyer sur une croissance économique qui devrait être meilleure en 2016 qu'en 2015".

D'après Eric Heyer, "s'il y a bien 1,5% de croissance, le chômage va baisser, mais très très légèrement. En fin d'année, on devrait être à 9,8% ou 9,7% de chômage alors qu'on est à 10% aujourd'hui. Il y aura une baisse, mais on va rester dans un chômage de masse. Pour retrouver le niveau d'avant-crise qui était de 7%, il va falloir sept ou huit ans à partir d'aujourd'hui sans épisode de crise".

Eric Heyer se veut rassurant sur le Brexit

Pour l'analyste de l'OFCE, "le gouvernement va devoir trouver des politiques plus équilibrées entre l'offre et la demande. Il ne faut pas renoncer aux baisses de charge, mais il faut aussi soutenir le pouvoir d'achat. Et il faut plus de coordination des politiques dans le monde". À propos de la loi Travail, Eric Heyer affirme que "permettre aux entreprises de licencier plus facilement pour pouvoir embaucher, à court terme, ça a un effet négatif. Quand on flexibilise le marché du travail, il faut aussi davantage le sécuriser".

Enfin, si la Grande-Bretagne sort de l'UE, "à court terme, ce sera négatif" pour les deux camps", selon lui. Et de rassurer : "À moyen et long terme, on trouvera sans doute des solutions avec le Royaume-Uni pour retrouver des échanges économiques stables".

Vous êtes à nouveau en ligne