La CGT appelle à la grève le 19 octobre, malgré l'échec des syndicats à s'accorder sur une action unitaire

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, quitte l\'hôtel de Matignon, à Paris, le 24 juillet 2017.
Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, quitte l'hôtel de Matignon, à Paris, le 24 juillet 2017. (BERTRAND GUAY / AFP)

Une nouvelle intersyndicale doit avoir lieu le 24 octobre et pourrait aboutir à un appel commun à la mobilisation.

Les syndicats ont échoué, lundi 9 octobre, à arrêter une riposte unitaire aux réformes du gouvernement. La CGT a décidé d'appeler seule à une mobilisation dès le 19 octobre, après une réunion intersyndicale à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Cette rencontre a réuni, durant près de deux heures, la CGT, la CFDT, FO, la CFE-CGC, la CFTC, Solidaires, l'Unsa, la FSU, ainsi que des organisations de jeunesse. Pour la CGT, qui en était à l'initiative, "l'un des objectifs principaux" était d'"organiser une grande journée unitaire pour faire converger tous les mécontentements", avait résumé Philippe Martinez.

Une nouvelle intersyndicale le 24 octobre

Mais les syndicats ont constaté l'absence de "vision commune" des actions à mener pour peser sur les réformes et se reverront le 24 octobre pour une nouvelle intersyndicale, a annoncé Véronique Descacq (CFDT). "On a convenu d'une prochaine rencontre, une fois que chaque organisation aura rencontré le président de la République d'une part et le Premier ministre d'autre part, dans l'espoir d'en savoir plus sur les intentions du gouvernement", a-t-elle expliqué. Emmanuel Macron a prévu de rencontrer les responsables patronaux et syndicaux jeudi 12 et vendredi 13 octobre pour évoquer les réformes à venir (assurance chômage, formation professionnelle, apprentissage).

"A l'issue du 24 octobre, on décidera de ce que nous ferons", a indiqué Pascal Pavageau (FO). "On est tous d'accord pour dire qu'il y a de l'inquiétude sur ce qui va être fait en termes de formation professionnelle et d'assurance chômage, qu'il y a beaucoup d'incertitudes", a confirmé Véronique Descacq.

Vous êtes à nouveau en ligne