EN IMAGES. De Paris à Limoges, sept villes où des manifestants ont passé la Nuit debout

Détail de la statue de la place de la République, à Paris, le 9 avril 2016.
Détail de la statue de la place de la République, à Paris, le 9 avril 2016. (JOEL SAGET / AFP)

Partout en France, des citoyens se sont rassemblés à l'appel du mouvement Nuit debout, parfois jusqu'au petit matin.

Le mouvement citoyen Nuit debout a essaimé, dans la soirée du samedi 10 avril, dans près de 60 villes de FranceAprès une sixième journée de mobilisation en un mois, pour demander le retrait du projet de loi Travail, plusieurs milliers de personnes ont investi l'espace public, à Paris, mais aussi Marseille, Lyon, Limoges ou encore Besançon.

Voici sept villes dans lesquelles la Nuit debout s'est installée, parfois pour la première fois, samedi soir.

A Paris

Après la journée de manifestation contre le projet de loi Travail, qui s'est achevée par des affrontements, place de la Nation, la Nuit debout a pris le relais. Sur la place de la République, plusieurs centaines de personnes ont entamé leur "40 mars", selon leur propre calendrier.

En fin de soirée, environ 300 personnes ont décidé d'aller "prendre l'apéro chez Valls", convergeant vers 11e arrondissement de Paris, où vit le Premier ministre, actuellement en visite officielle en Algérie, avant d'être bloquées par les forces de l'ordre qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. Plusieurs véhicules, des vitrines, des distributeurs de billets ont été dégradés. Huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue.

A Marseille

Ils étaient "plusieurs centaines", rassemblés sur le cours Julien, selon France 3 Provence-Alpes. Des gradins en bois ont été montés pour l'occasion. Sur place, des participants affirment à l'AFP que le mouvement prend de l'ampleur et touche ici des gens "habituellement privés de parole". Pour les animateurs de la Nuit debout marseillaise, "l'espoir passera par les quartiers nord", afin d'étendre le mouvement, explique France 3.

A Lyon

Jusqu'à 2 500 personnes, selon les organisateurs, ont participé au rassemblement nocturne, place Guichard. Et la nuit s'est déroulée sans incident, selon France 3 Rhône-Alpes. Les derniers participants de cette première Nuit debout lyonnaise se sont dispersés dans le calme vers 7 heures du matin.

Rassemblement \"Nuit debout\", place Guichard, à Lyon, le 9 avril 2016.
Rassemblement "Nuit debout", place Guichard, à Lyon, le 9 avril 2016. (MAXPPP)

A Besançon

La première Nuit Debout de Besançon (Doubs) s'est déroulée place Granvelle. Elle a débuté tout de suite après une manifestation contre le projet de loi travail, pour s'achever au petit matin, selon France 3 Franche-Comté.

A Toulouse

La place du Capitole était "noire de monde", rapporte France 3 Midi-Pyrénées. A Toulouse, les Nuit Debout se sont retrouvées sur la place du Capitole, tandis qu'à Marseille, le mot d'ordre était de ne pas rentrer chez soi et de "faire tourner le micro" au sein de ce mouvement qui s'assume sans leader.

A Clermont-Ferrand

La première Nuit debout de Clermont-Ferrand ressemblait à une soirée au cinéma en plein air, raconte France 3 Auvergne. Quelque 600 personnes se sont réunies, place de Jaude, notamment pour regarder le film Merci patron, de François Ruffin.

A Limoges

Sur la place de la République à Limoges, à la nuit tombée, jusqu'à 300 personnes se sont rassemblées pour débattre, selon France 3 Limousin.

A Tulle (Corrèze) aussi, une centaine de personnes se sont rassemblées sur la place de la Cathédrale, à l'endroit même du premier discours de François Hollande en tant que président de la République. "J'étais là le 6 mai 2012, ce n'est pas pour la politique qu'il mène qu'on a élu François Hollande", explique Stéphanie, une quadragénaire venue participer aux débats, à l'AFP.

Vous êtes à nouveau en ligne