"Elle n'a pas fait une bonne affaire", affirme Christophe Castaner à propos de la plus-value polémique de Muriel Pénicaud

Christophe Castaner, le 28 juillet 2017, à l\'Elysée. 
Christophe Castaner, le 28 juillet 2017, à l'Elysée.  (BERTRAND GUAY / AFP)

La ministre du Travail a été mise en cause par des élus de gauche l'accusant d'avoir effectué une plus-value boursière, juteuse lorsqu'elle était DRH chez Danone, peu après un plan de suppressions d'emplois dans le groupe.

Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a défendu, jeudi 28 la plus-value de plus d'un million d'euros réalisée par la ministre du Travail Muriel Pénicaud chez Danone. Le cours ayant monté, il a estimé que "finalement elle n'a pas fait une bonne affaire".

La ministre a été mise en cause jeudi par des élus de gauche à la suite d'un article de L'Humanité sur cette plus-value qu'elle a réalisée en 2013 quand elle était DRH de Danone, grâce à une vente de stock-options effectuée peu après un plan de suppressions d'emplois dans le groupe. La sénatrice communiste Eliane Assensi l'a accusé d'avoir réalisé cette plus-value en profitant d'une "flambée boursière en faveur de Danone suite à l'annonce de la suppression de 900 emplois". 

"Il y a une polémique sur le moment où elle aurait vendu, a affirmé Christophe Castaner, lors du compte-rendu du Conseil des ministres. Permettez-moi d'être un observateur attentif et vous dire que ce matin, le cours en Bourse de Danone était de 20% supérieur au moment où elle a vendu." Devant les journalistes, il a assuré que "toutes les déclarations de patrimoine" de Muriel Pénicaud "seront rendues publiques".

Vous êtes à nouveau en ligne