Une erreur oblige 1 800 candidats à repasser une épreuve du concours de l'école d'infirmiers de Tours

Des candidats passent le concours d\'entrée à Institut de formation en soins infirmiers de Montbéliard (Doubs), pour devenir infirmier diplomé d\'Etat, le 14 mars 2013.
Des candidats passent le concours d'entrée à Institut de formation en soins infirmiers de Montbéliard (Doubs), pour devenir infirmier diplomé d'Etat, le 14 mars 2013. (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Ils devront à nouveau plancher sur les tests psychotechniques. Pour certains, la pilule est difficile à avaler.

L'épreuve annulée, il va falloir la repasser. Près de 1 800 personnes sont convoquées, samedi 8 avril, pour plancher sur un nouveau sujet dans le cadre du concours d'entrée de l'école de soins infirmiers (IFSI) du Centre hospitalier de Tours (Indre-et-Loire), rapportent France 3 Centre-Val de Loire et France Bleu Touraine. Ces candidats, pour la plupart bacheliers en 2017, avaient déjà travaillé sur l'épreuve de tests psychotechniques le 11 mars dernier, mais certains avaient reçu des copies qui ne leur étaient pas destinées. 

La colère est grande chez de nombreux candidats, pour certains dans l'impossibilité de se présenter à cette nouvelle convocation. "Je ne peux pas y retourner parce que le déplacement est trop cher pour moi", se désole Caroline Graessel, une candidate de 18 ans, interrogée par franceinfo. "Très étonnée par l'annulation", elle regrette une décision "injuste et pénalisante". Lors de sa première participation au concours, elle dit avoir déjà dépensé 100 euros de péages et d'essence pour l'aller-retour, sans compter l'hôtel, à Tours. Elle compte désormais sur les résultats des écoles de Caen et Rouen, ses deux autres choix, pour poursuivre les études qu'elle souhaite.

"Cela créait une situation de rupture d'égalité"

Pour la direction de l'hôpital, l'annulation de l'épreuve est pourtant présentée comme la moins pire des solutions, explique France Bleu Touraine. "Cela créait une situation de rupture d'égalité entre les candidats et on voulait assurer une égalité de traitement entre eux, a assuré à la radio Amélie Roux, la DRH adjointe du CHRU de Tours, en charge des écoles. En plus, si on avait laissé perdurer cette erreur et s'il y avait eu un recours, tout le concours aurait pu être annulé. Les conséquences auraient été plus dommageables." 

Aucun dédommagement n'est cependant prévu pour les candidats. Julie Corsini, étudiante nantaise, regrette de perdre une journée de travail pour se rendre à nouveau samedi à Tours. "Je travaille dans un magasin de vêtements et j'annule 8 heures de travail", se désole-t-elle auprès de franceinfo. "C'est inadmissible, lance de son côté Sophie Venant, étudiante, venue de Caen (Calvados). Certes l'erreur est humaine mais beaucoup ne pourront pas revenir car certains ont déjà prévu de partir en vacances."

Delphine Laubu, syndicaliste à Sud Santé Sociaux, "dénonce une rupture d'égalité entre ceux qui vont pouvoir repasser cette épreuve et ceux qui ne le pourront pas", poursuit France Bleu. Le syndicat compte interpeller la direction de l'hôpital pour qu'elle "prenne ses responsabilités".

Vous êtes à nouveau en ligne