Le CIF, tremplin pour une évolution professionnelle

Après avoir exercé plus de 5 ans dans le secteur juridique d'une entreprise de textile, Charlotte a songé à une reconversion professionnelle. Un changement de cap rendu possible grâce à un congé individuel de formation (CIF). Témoignages.

« J'ai obtenu une maîtrise en droit. Fille de juristes, je me suis naturellement dirigée vers ce secteur sans vraiment y réfléchir». Cependant, Charlotte prend conscience que les affaires juridiques ne sont pas faites pour elle : « Je ne me sentais pas à ma place. J'éprouvais le besoin d'aller vers un secteur plus créatif».Son choix de reconversion se porte vers la création textile. Cependant, elle réalise vite le besoin d'une formation pour trouver un nouvel emploi. « Je me suis tournée vers le CIF. J'obtenais à la fois un diplôme tout en étant salariée ».Le Fongecif, organisme du CIF, valide son dossier, finance la quasi-totalité des coûts pédagogiques et prend en charge 90 % de son salaire. « Pour que votre dossier soit accepté, il faut exposer un projet professionnel cohérent et argumenté. Cela demande un vrai temps de réflexion ».Charlotte a retrouvé les bancs de la fac et obtient un master 2 en création et conception textile. Elle obtient son diplôme et réintègre le pôle création de son entreprise.Un bilan très positif pour Charlotte qui recommande vivement le CIF. « C'est indispensable de booster sa carrière et le CIF donne cette chance à tout le monde ». 

 

Publié le 6 juillet 2011

Vous êtes à nouveau en ligne