Solidarité : un financement participatif pour l'installation des jeunes agriculteurs

France 2

L'association "Terre de liens" a permis au fils d'un agriculteur retraité de perpétuer la tradtition familiale. Un financement participatif doublé d'une forme de conscience écologique, puisque le jeune producteur doit impérativement s'inscrire dans la filière biologique.

C'est une histoire de famille. Serge Barberon, le papa, était producteur de cresson dans l'Essonne. À l'heure de la retraite, il veut transmettre la passion de cette culture et aider ses fils. "J'ai appris à mes enfants, et j'espère qu'ils feront pareil avec les leurs", explique l'agriculteur retraité. L'un d'eux a repris l'exploitation familiale. Le dernier, Gatien, mal entendant, veut lui aussi s'installer, mais il n'a pas d'argent. Il va alors recevoir une aide qu'il n'attendait pas : un financement participatif d'une association, appelée Terres de liens. 

Les particuliers financent l'installation des agriculteurs

"Terre de liens a participé financièrement à 70 000 euros d'acquisition foncière et 10 000 euros de travaux", explique l'agriculteur. L'association a acheté l'exploitation et lui loue à 1 000 euros. L’agriculteur doit respecter une seule règle : produire biologique. L'association est aujourd'hui propriétaire de 180 fermes. Elle investit l'argent d'actionnaires dans une multitude de projets. "Les investisseurs citoyens sont conscients que lorsqu'on achète une ferme, il y a derrière un modèle agro-écologique, un modèle de dynamique territoriale. La plupart de nos fermiers vendent leurs produits en circuit court. Ce n'est pas uniquement de l'investissement dans le foncier", précise Hélène Béchet, coordinatrice de la structure. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne