Ecotaxe : que vont devenir les salariés d'Ecomouv' après la suspension du dispositif ?

Barrage de camions pour protester contre l\'écotaxe à Lille (Nord), le 2 décembre 2013.
Barrage de camions pour protester contre l'écotaxe à Lille (Nord), le 2 décembre 2013. (CITIZENSIDE/THIERRY THOREL / AFP)

L'écotaxe a été suspendue "sine die" jeudi par le gouvernement . Mais que deviennent les salariés de la société écomouv chargés de recueillir cette taxe ?

Après avoir suscité une levée de boucliers, la mise en place du dispositif de l'écotaxe a été repoussée, jeudi 9 octobre, par le gouvernement "sine die". En clair : à une date indéfinie. Mais que vont devenir les salariés de la société Ecomouv' chargés de recueillir cette taxe ?

Les effectifs

Basée à Metz (Moselle), Ecomouv' emploie 200 salariés et quelque 130 fonctionnaires des douanes, recrutés pour la plupart entre 2012 et 2013. 

Leurs réactions 

Cités par l'AFP, les représentants des salariés d'Ecomouv' se sont dits, jeudi, "abasourdis" et "dégoûtés" .

"C'est une honte au regard des engagements du gouvernement", a réagi Jacques Stirn, délégué CFDT de la société, qui dit avoir appris par la presse l'annonce de la ministre de l'Ecologie. "C'est la stupéfaction pour l'ensemble des salariés. Il y a à peine quelques jours la mise en place de l'écotaxe n'était même pas remise en cause."

"Quelle valeur a la parole gouvernementale à partir du moment où celle-ci change tous les trois mois sur une question aussi importante que l'écotaxe ?", s'est interrogé le syndicaliste, en rendant le gouvernement responsable d'"une situation anxiogène" pour les salariés.

Les perspectives

Un comité d'entreprise (CE) qui pourrait être convoqué en urgence ces prochains jours. Les 200 salariés de droit privé se retrouvent sans garantie de perspective de maintien des emplois. 

Les syndicats s'inquiètent aussi du sort des douaniers qui risquent d'être mutés et demandent au gouvernement "un maintien à résidence des agents", a expliqué Pascal Martin, secrétaire Lorraine de la CFDT pour les douanes. "Que le gouvernement commence à penser à un plan B pour reclasser les agents", a-t-il suggéré.

L'installation, depuis 2012, du centre opérationnel d'Ecomouv' à Metz était l'une des contreparties de l'État en échange des restructurations militaires, qui ont durement affecté la Lorraine depuis 2009.

Vous êtes à nouveau en ligne