Écarts de salaires : les entreprises notées

France 3

À partir de ce vendredi 1er mars, les entreprises de plus de 1 000 salariés vont devoir rendre des comptes sur les écarts de salaires entre les hommes et les femmes. Elles devront respecter des critères précis sous peine d'être mises à l'amende.

Grâce à l'index de l'égalité femmes-hommes, il existe plusieurs critères pour évaluer une entreprise : les écarts de rémunération entre les personnes des deux sexes, les promotions ou le nombre de femmes dans les dix plus hauts salaires.

Mais pour Sophie Binet, responsable de la mixité à la CGT, l'index pose problème, et permettrait aux entreprises de marquer de mauvais chiffres : "J'ai reçu quelques exemples d'entreprises qui ont obtenu une note de 90 sur 100 tout en ayant près de 10% d'écart de rémunération sur certaines catégories de salariés."

Gare à l'amende

Pour la ministre du Travail, rendre publiques les notes des entreprises permettrait d'empêcher les fraudes : "Il y aura tellement de visibilité que je ne crois pas que cela soit possible de tricher", assure Muriel Pénicaud.

Les entreprises qui obtiendront moins de 75 sur 100 auront trois ans pour effectuer un rattrapage salarial sous peine d'amende.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne