Dialogue social : Hollande met la pression sur les partenaires sociaux

(François Hollande a présenté ses voeux lundi aux acteurs de l’économie et de l’emploi © Capture d'écran Elysee.fr)

Lors de ses vœux aux forces économiques de la France, le chef de l'Etat a prévenu syndicats et patronat qu'un échec dans les négociations sur la modernisation du dialogue social serait lourd de conséquences.

François Hollande présentait lundi matin ses vœux aux acteurs de l’économie et de l’emploi. Le chef de l’Etat a rappelé en préambule l’importance de l’unité nationale, après les attentats qui ont durement frappé la France il y a dix jours. "Une nation c’est un peuple ", a-t-il répété. "Je sais que vous serez vous aussi à la hauteur de ce qui s’est produit dans notre pays ", a-t-il déclaré.

Après les attentats, François Hollande s'est efforcé de montrer les points forts de la France en matière économique. A l'Elysée, Florent Guyotat
--'--
--'--

Des leviers économiques en 2015

La priorité en 2015, c'est "assurer la sécurité de nos concitoyens mais c’est aussi l’emploi ", a poursuivi le chef de l'Etat, rappelant  l'importance du pacte de responsabilité, pour lequel l'Etat va consacrer 2 points de la richesse nationale à l'horizon 2017. "C’est considérable ", a souligné François Hollande. S'adressant au patronat, il a aussi rappelé qu'"un pacte implique des contreparties ". "Le rythme des accords de branches est trop long ", a-t-il estimé. Il faut  "acccélérer la marche ", a-t-il dit.

Le président français a également redit sa confiance dans le projet de loi pour la croissance et l'activité, "une loi de progrès ", a-t-il commenté.  Il assure enfin que les cours du pétrole resteront plus faibles cette année qu'en 2014, ce qui conforte l'idée d'une croissance un peu meilleure en 2015.

Avec le "contre-choc pétrolier", la croissance de 1% prévue par le gouvernement sera au rendez-vous en 2015, a affirmé François Hollande
--'--
--'--

Dialogue social : un enjeu "majeur"

Alors que les syndicats et le patronat doivent à nouveau tenter cette semaine de trouver un accord sur la modernisation du dialogue social, François Hollande a mis en garde sur les lourdes conséquences qu'aurait un nouvel échec de ces négociations. "Un échec aurait des conséquences qui iraient bien au-delà de cette réforme ", a déclaré le président.

"Vous avez un rendez-vous jeudi et je pense que c'est le dernier ", a-t-il prévenu. François Hollande qui a jugé "légitime que les discussions soient  ardues et plus longues que prévu ", reconnaissant que "le sujet est difficile ", touchant à "des traditions, des représentations ", mais ce sujet est "néanmoins majeur ", a-t-il souligné.

François Hollande a également profité de ses vœux aux acteurs de l'entreprise pour proposer de remplacer la grande conférence sociale annuelle par des "rendez-vous sur des thèmes précis " avec "des préparations plus longues ". La conférence sociale de juin dernier avait été boycottée par la CGT et par FO.

"Le seul vœu que je veux formuler aujourd'hui est que nous puissions nous rassembler ", a conclu le chef de l'Etat.

Vous êtes à nouveau en ligne