Dévaluation en Chine : le luxe sous pression

(Les Chinois vont-ils dépenser autant après la dévaluation du yuan ? © SEL AHMET/SIPA)

Les valeurs du luxe étaient malmenées mercredi matin à l’ouverture des bourses européennes. Elles réagissent à la baisse au lendemain de la nouvelle dévaluation du yuan qui pourrait ralentir les dépenses des touristes chinois.

Comparé au dollar, le yuan a atteint mercredi son plus bas niveau depuis quatre ans. C'est la conséquence de l’action provoquée par la Banque de Chine la veille. En abaissant le taux de sa monnaie par rapport au dollar, Pékin a entraîné de fait une dévaluation. Les effets sont visibles sur les tableaux de cotations des bourses européennes et en particuliers sur les valeurs du luxe, fortement exposées à la consommation chinoise.

Des valeurs sensibles

Plus de 100 millions de Chinois voyagent à l'étranger chaque année et ils achètent des produits de luxe, notamment dans les rayons des parfumeries et des maroquiniers. Avec la dévaluation, seront-ils toujours aussi nombreux à se déplacer ces prochaines semaines ? Leur budget sera-t-il aussi porté sur la dépense de luxe ? Les investisseurs ont rapidement parié que des groupes comme LVMH, propriétaire de Louis Vuitton, Kering, propriétaire de Gucci, ou encore L'Oréal pourraient souffrir d’un changement de comportement. Les actions de ces groupes faisaient partie des plus fortes baisses de la Bourse de Paris dès mardi, avec des baisses situées entre 2,4 et 5,4%. Reste à savoir comment les grands groupes vont s'adapter si les tensions persistent.

"D'une façon générale, je pense que cela sera sûrement négatif" , estime Christopher Walker, analyste spécialisé sur le secteur du luxe chez Nomura et cité par Reuters. "C'est de plus en plus dur à surveiller" , ajoute-t-il en faisant référence aux marges du secteur du luxe dans le monde.

"Toutes les sociétés du luxe essayent de gérer à la fois leurs prix et ces écarts. Cela rajoute simplement une autre inconnue dans le calcul du prix, ce qui complique actuellement la gestion
d'une entreprise de luxe."

Les objectifs de Pékin

Pourquoi la Chine a-t-elle dévalué sa monnaie ? Selon Olivier Babeau, professeur d’économie à l’Université de Bordeaux, la Chine poursuit "deux objectifs" . Le premier objectif est économique. Pékin, explique cet universitaire, veut "relancer sa croissance économique et notamment ses exportations, tout en dopant sa demande intérieure" . Le second objectif chinois est "géopolitique ".

"La Chine a explicitement annoncé qu’elle voulait établir le yuan comme un successeur du dollar, comme monnaie de référence. La monnaie est un symbole et un instrument de puissance. Pour y parvenir, la Chine a besoin que le yuan intègre enfin le panier des grandes devises, comme le dollar, l’euro ou la livre."

La dévaluation du yuan décryptée par Olivier Babeau, professeur d’économie à l’Université de Bordeaux
--'--
--'--
 

Vous êtes à nouveau en ligne