Dépenses publiques : la Cour des comptes s'inquiète d'un possible dérapage en 2015

(Le président de la Cour des comptes craint un dérapage des dépenses publiques en 2015 © MaxPPP)

La Cour des comptes a pressé le gouvernement de continuer ses réformes pour éviter un dérapage des dépenses en 2015. Une alerte lancée mercredi à l’Assemblée nationale par le président de la Cour.

Le président de la Cour des comptes, Didier Migaud, a été auditionné mercredi par la commission des Finances à l’Assemblée nationale. Il a lancé un avertissement sur la progression des dépenses publiques. Le président de la Cour estime que les dépenses risquent de déraper si le gouvernement n’appuie pas sur l’accélérateur "des réformes structurelles et des efforts d’économies" .

La Défense et l'emploi cités

La Cour des comptes estime que les objectifs d'évolution des dépenses publiques seront difficiles à atteindre. Ces prédictions visent en particulier l'Etat et les collectivités locales. Selon l’institution, les risques de dépassement des dépenses se sont sensiblement accrus par rapport au constat fait à la même date en 2014. Elles étaient alors situées dans une fourchette de 1,1 et 3,2 milliards d’euros. La Cour évalue à présent le possible des dépenses entre 1,8 et 4,3 milliards.

La Cour des comptes explique les risques de dépassement notamment par des "tensions concernant le budget de la Défense" et par "des dépenses liés à l'emploi" . Les risques seraient même amplifiés si les experts de la comptabilité nationale prenaient en compte un possible manque à gagner lié aux navires Mistral. il s'agit de l'éventuelle indemnité que pourrait verser la France si elle ne conclut pas la vente des deux bateaux de guerre à la Russie. Un autre cas de figure aggraverait aussi la situation, le report à 2016 de la cession par l'Etat de fréquences hertziennes.

Comment l’alerte a-t-elle été reçue au gouvernement ? Sans grande inquiétude en tout cas par le ministre des Finances. Michel Sapin a réagi en estimant qu’ "il n’y a pas de raison de s’inquiéter" , jugeant "classique" , la gestion tendue en milieu d’année.

Vous êtes à nouveau en ligne