VIDEO. Le vote du plan Valls révèle une majorité fragile

THIERRY CURTET - DAVID FROSSART - EMILIE TRAN / FRANCE 2

Ils sont 41 députés socialistes à s'être abstenus. A l'avenir, le Premier ministre peut s'attendre à des débats musclés avec une partie de sa majorité.

"C'est un acte fondateur pour la suite du quinquennat", s'est félicité Manuel Valls après l'adoption du plan de 50 milliards d'euros d'économies, mardi 29 avril au soir. Pourtant, le Premier ministre a été contraint de composer avec une courte majorité, puisque 41 députés PS se sont abstenus.

L'Assemblée nationale a adopté par 265 voix pour, 232 contre et 67 abstentions le programme de stabilité budgétaire, qui prévoit 50 milliards d'euros d'économies durant la période 2014-2017. Pour le chef du gouvernement, le résultat de ce vote laisse prévoir de futurs débats difficiles.

La majorité s'érode

Manuel Valls a subi la plus forte dissidence dans le groupe PS depuis deux ans. En plus du vote contre des trois députés chevènementistes qui en font partie, 41 socialistes se sont abstenus, soit trente de plus que lors du vote de confiance du 8 avril. "Il y a une fissure dans la majorité", a constaté le chef de file des députés UMP, Christian Jacob.

A gauche, Manuel Valls n'a pas pu compter non plus sur le soutien des écologistes, dont douze des 17 députés ont voté contre, ni du Front de gauche.

Confronté à une fronde inédite d'une partie de la majorité, le Premier ministre avait annoncé lundi plusieurs mesures d'assouplissement du plan de rigueur décidé par le gouvernement, qui concernent les petites retraites (inférieures à 1 200 euros), la revalorisation du RSA et les fonctionnaires les moins bien rémunérés.

Vous êtes à nouveau en ligne