Le déficit public en France a été moins élevé que prévu en 2014

Le ministre des Finances, Michel Sapin, s\'adresse à la presse lors d\'une conférence économique, à Charm El-Cheikh (Egypte), le 14 mars 2015.
Le ministre des Finances, Michel Sapin, s'adresse à la presse lors d'une conférence économique, à Charm El-Cheikh (Egypte), le 14 mars 2015. ( MAXPPP)

L'objectif pour 2015 est par conséquent revu à 3,8%, contre 4,1% jusque-là, a indiqué, jeudi, le ministre des Finances, Michel Sapin.

C'est une bonne nouvelle pour le gouvernement. La France a enregistré en 2014 un déficit public équivalent à 4% de son produit intérieur brut (PIB), alors que le gouvernement tablait initialement sur 4,4%, selon les comptes nationaux dévoilés, jeudi 26 mars, par l'Insee. En 2013, le déficit public avait atteint 4,1% du PIB.

Ce recul par rapport aux prévisions s'explique "essentiellement" par un recul marqué des investissements des collectivités locales, lesquels ont diminué de 4,8 milliards d'euros, précise l'Insee.

La dette publique continue d'augmenter

Cette performance budgétaire meilleure que prévue "a ouvert la perspective d'une révision à la baisse du déficit public en 2015, aux alentours de 3,8% du PIB", au lieu de 4,1% comme prévu jusqu'ici, a indiqué le ministre des Finances, Michel Sapin.

La France devrait ainsi remplir avec un peu de marge la condition fixée par la Commission européenne, à savoir un déficit de 4% du PIB cette année. "Le gouvernement est pleinement confiant dans sa capacité à ramener le déficit public sous 3% d'ici 2017, tout en confortant la reprise de l'activité et en finançant ses priorités", a fait savoir Michel Sapin. Paris a promis à Bruxelles de passer sous ce seuil fixé par les traités dans deux ans.

Si le déficit a baissé, ce n'est pas le cas de la dette publique brute mesurée en pourcentage du PIB. Elle a atteint 95% à la fin de l'an dernier, contre 92,3% du PIB en 2013, selon l'Insee.

Vous êtes à nouveau en ligne