La balance commerciale de la France reste déficitaire même si le premier semestre 2019 affiche de bons résultats

Des conteneurs sur un des terminaux du port de Marseille, premier port de commerce français.
Des conteneurs sur un des terminaux du port de Marseille, premier port de commerce français. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Même si le pays redresse la barre sur l'ensemble du premier semestre 2019, la France importe toujours plus qu'elle n'exporte.

Après sa nette amélioration du mois de mai, le déficit de la balance commerciale de la France (différence entre la valeur des biens et services exportés et la valeur des biens importés) s'est creusé en juin, à 5,2 milliards d'euros, selon les dernières statistiques dévoilées mercredi 7 août par les douanes et par la banque de France. Sur un an, il s'établit à 54 milliards d'euros.

Le premier semestre de l'année 2019 affiche cependant de bons résultats. Le déficit de la balance commerciale atteint presque 27 milliards d'euros, contre 32,1 milliards d'euros un an plus tôt. "Ce qu'on voit, c'est que ce semestre est le meilleur depuis 2016", souligne Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, pour qui ces bons résultats s'expliquent entre autres par la signature d'accords commerciaux internationaux. "Nous avons un déficit commercial qui est en baisse de 5 milliards d'euros, c'est considérable lorsqu'on sait que la facture énergétique continue à surenchérir, et donc ça veut dire que cette performance est arrimée sur des fondamentaux solides", explique-t-il.

Des exportations plus dynamiques 

Selon le secrétaire d'Etat, la France n'a jamais autant exporté qu'aujourd'hui avec 256 milliards de biens exportés, un "record". Il y a notamment selon lui un boom de l'export vers le Canada et le Japon. "On a beaucoup entendu parler de ce CETA, entré en vigueur provisoirement en septembre 2017 et donc aujourd'hui, grâce à ce CETA, nous avons exporté 8,2% en plus au Canada, et au Japon, c'est +20%", se félicite Jean-Baptiste LemoyneDe plus, l'aéronautique, avec Airbus, l'industrie pharmaceutique, la chimie, le luxe, l'agroalimentaire soutiennent les ventes du pays. 

Pourtant, même si le pays redresse la barre sur l'ensemble du premier semestre 2019, la balance commerciale de la France reste déficitaire depuis le début des années 2000. Le commerce extérieur français n'est pas revenu dans le vert depuis 2005. La France retrouve cependant de l'attractivité pour les investissements étrangers. Ainsi, eu second trimestre, ils se montent à 9 milliards d'euros, contre 2,5 au premier, en plein coeur des mouvements sociaux.

Vous êtes à nouveau en ligne