Les MJC en danger face à la crise

FRANCE 3

En cette période de restrictions budgétaires, les MJC ont dû mal à poursuivre leur rôle. L'avenir de certaines est même très compromis. C'est le grand format de France 3

Nées après la Seconde guerre mondiale pour élargir l'horizon des classes populaires, les maisons des jeunes et de la culture vivent des jours difficiles. La crise met à mal leurs projets.

L'idée des MJC est celle de Jean Guéhenno, ancien résistant qui fut chargée de la jeunesse et de la culture populaire après la Libération. Cet ouvrier breton - qui devint un grand homme de lettres - voulait démocratiser la culture pour élever les consciences. Depuis 70 ans, les MJC ont connu des difficultés de financements. Et les 1 500 encore en activité aujourd'hui sont désormais dépendantes de subventions qui tardent à être débloquées en cette période de restrictions budgétaires et de baisses des dotations de l’État.

Des situations très précaires

A Oust (Ariège), la petite MJC est portée par des bénévoles. Seule Kate Skins, coordinatrice des activités depuis 12 ans, est salariée. Mais elle le reconnaît à France 3 : la situation de la MJC est "extrêmement précaire". A Chilly-Mazarin (Essonne), le maire des Républicains - qui a succédé à un édile socialiste - ne voulait plus de la MJC et a décidé de la raser. L'association s'apprêtait à fêter ses 50 ans. 28 personnes ont été licenciées et désormais, la MJC n'a plus que deux salariés et se retrouve sans subvention et local. Du coup, tous les mercredis, elle va à la rencontre des jeunes au pied des immeubles ou près des camps de Roms. Mais l'avenir et sombre : l'association a 240 000 euros de dettes et la justice lui a donné six mois pour trouver de nouvelles subventions. Sinon, elle devra tout arrêter.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne