Dexia accuse une perte record : 11,6 milliards d'euros en 2011

Une agence Dexia à Tournai en Belgique le 5 octobre 2011.
Une agence Dexia à Tournai en Belgique le 5 octobre 2011. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

La banque franco-belge a publié son résultat annuel jeudi, le pire dans l'histoire des banques françaises.

La banque franco-belge Dexia a publié jeudi 23 février une perte de 11,6 milliards d'euros en 2011, un record dans l'histoire des banques françaises. Ce résultat, qui confirme les chiffres annoncés par Les Echos dimanche 19 février, porte la marque du démantèlement engagé en octobre 2011, après un nouveau sauvetage de l'établissement.

Ces pertes abyssales s'expliquent à la fois par les dépréciations enregistrées lors de la nationalisation de Dexia Banque Belgique, la nationalisation partielle de Dexia Municipal Agency, ains que par la liquidation progressive de son gigantesque portefeuille obligataire et enfin par son exposition à la dette grecque.

Un coût plus élevé que Le Crédit Lyonnais

Au total, la banque Dexia aura perdu 20 milliards d'euros, selon Les Echos. Soit davantage encore que Le Crédit Lyonnais, qui a coûté entre 16,9 et 18,3 milliards d'euros à l'Etat, selon les chiffres de la Cour des comptes - avant de lui en faire gagner 30 millions d'euros lors de sa privatisation, comme le rappelle TF1 News.

D'après Les Echos, la situation ne devrait pas s'arranger en 2012, puisque les autres établissements bancaires ne se bousculent pas pour racheter les actifs qui les intéressent. Beaucoup d'entre eux jouent ainsi la montre pour faire baisser les enchères.

Vous êtes à nouveau en ligne