Berlin veut un "droit d'ingérence" de l'UE sur les budgets des Etats membres

La chancelière Angela Merkel s\'adresse aux députés allemands, le 18 octobre 2012 à Berlin (Allemagne). 
La chancelière Angela Merkel s'adresse aux députés allemands, le 18 octobre 2012 à Berlin (Allemagne).  (JOHANNES EISELE / AFP)

Devant le Bundestag, la chancelière Angela Merkel a défendu l'idée d'un droit de veto confié au commissaire européen aux Affaires économiques.

CRISE EUROPEENNE – Un "véritable droit d'ingérence" de l'Union européenne sur les budgets nationaux des Etats membres : c'est la proposition défendue par la chancelière Angela Merkel, jeudi 18 octobre devant le Bundestag (l'Assemblée allemande). Elle appuie l'idée de confier un droit de veto au commissaire européen aux Affaires économiques.

"Je sais que de nombreux Etats membres ne sont pas encore prêts à cela, malheureusement (…), mais cela ne change rien au fait que nous allons nous battre pour cela", a-t-elle déclaré, très applaudie. La chancelière s'en est pris à ceux qui ont immédiatement rejeté cette idée, exprimée récemment par le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble. "Je suis étonnée : dès que quelqu'un fait une proposition pour améliorer la crédibilité [de l'Europe], on crie aussitôt : 'ça ne va pas, l'Allemagne s'isole, on ne le fera pas'. Ce n'est pas ainsi que nous construirons une Europe crédible", a-t-elle souligné.

Vous êtes à nouveau en ligne