"Bus Macron" : un secteur au ralenti

France 2

Impacté par la crise du corovanirus, le secteur des transports autocars est considérablement ralenti. En plateau, la journaliste Anne Claire Poignard éclaire sur la situation économique des "bus Macron".

Seulement deux opérateurs se partagent le marché des autocars : Flixbus d’un côté, et BlaBlabus de l’autre. "Deux acteurs dont l’activité a été sérieusement impactée par la crise sanitaire, mais il est intéressant de remonter avant la crise. Durant cette période, la fréquentation ne cessait d’augmenter, passant de six millions en 2016 à plus de 10 millions en 2019, avec de plus en plus de villes desservies : 135 villes en 2015 contre 320", explique la journaliste de France Télévisions Anne Claire Poignard.

Un marché très concurrentiel

Pourtant, le marché a vu le nombre d’opérateurs considérablement baissé, passant de cinq à seulement deux aujourd’hui. Les raisons ? Les opérateurs se sont livrés une guerre des prix pour attirer les clients. On peut ainsi trouver un Paris-Barcelone à 29 euros, ou encore un Rennes-Lyon à partir de 20 euros et dans cette guerre des prix, seuls les plus robustes pouvaient se maintenir. Le transport et aussi un secteur extrêmement concurrentiel, avec notamment les trains low cost, ou encore l’offre de la voiture individuelle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne