Crise financière chinoise : les mesures de relance ne suffisent pas à rassurer les marchés

Dans une maison de courtage de Pékin (Chine), le 26 août 2015. 
Dans une maison de courtage de Pékin (Chine), le 26 août 2015.  ( JASON LEE / REUTERS)

La Bourse de Shanghai a clôturé en baisse et les marchés européens ont ouvert en repli mercredi. 

Le doute subiste sur les marchés. Malgré une légère hausse à l'ouverture, la Bourse de Shanghai a clôturé en baisse de 1,27%, en dépit des mesures de relance annoncées par les autorités chinoises. Les places européennes sont aussi reparties à la baisse à l'ouverture. La Bourse de Paris a ouvert en net repli de 1,44%, creusant aussitôt ses pertes à 2%. La Bourse de Francfort a également ouvert sur une nette baisse de 1,69% et celle de Londres a perdu 1,98%. 

Dans un nouvel effort pour soutenir l'économie à la peine et rassurer les investisseurs, la banque centrale chinoise (PBOC) a annoncé, mardi, la baisse de ses taux d'intérêt. Il s'agit de la cinquième baisse depuis novembre alors que les places financières locales s'effondrent, non sans conséquences sur les marchés mondiaux, qui ont connu, lundi, une journée noire.

"Ce qu'attend le marché, c'est le 'gros bazooka' des dépenses publiques"

Simultanément, la Banque centrale a abaissé de 50 points de base les ratios des réserves obligatoires imposés à certains établissements financiers, une mesure censée leur permettre de prêter davantage. Ces nouveaux assouplissements monétaires étaient largement attendus, alors que la conjoncture ne cesse de s'assombrir dans la deuxième économie mondiale.

Ces mesures ont favorisé un net rebond des marchés européens mardi et de la Bourse de Tokyo mercredi mais Wall Street a fini en baisse et en Chine, certains doutent de leur efficacité. "Ce qu'attend le marché, c'est le 'gros bazooka' des dépenses publiques", indique Lim Say Boon, responsable de la stratégie d'investissement de DBS Bank, expliquant que les mesures prises par la Banque centrale chinoise auront peu d'impact sur la consommation et l'investissement dans un pays où c'est l'Etat, et non le secteur privé, qui joue le rôle de moteur de l'économie. 

Vous êtes à nouveau en ligne