VIDEO. Crise en Guyane : qui sont les 500 Frères ?

FRANCEINFO

Ce collectif, qui assure lutter contre la délinquance, est le fer de lance de la contestation.

Depuis le début de la grève générale en Guyane, lundi 27 mars, on les voit partout : dans les rues, sur les barrages, dans les meetings... Ces hommes, vêtus de noir de la tête au pied, et le visage masqué par une cagoule, se déplacent toujours en groupe. Ils sont membres du collectif les 500 Frères contre la délinquance et ils sont les fers de lance de la contestation.

Actions coup de poing

Le groupe est né au mois de février, après le meurtre d'un jeune homme dans un quartier populaire pour un collier en or. Les 500 Frères dénoncent la criminalité et la violence endémique en Guyane, le territoire de France où l'on compte le plus d'homicides par nombre d'habitants (42 homicides commis en 2016, selon un document du parquet de Cayenne). Pour tenter d'y mettre fin, le collectif propose des mesures radicales : l'éradication des squats, le maintien d'un escadron de gendarmerie et le renvoi dans leur pays des criminels étrangers condamnés.

En plein conflit social, leurs méthodes et leurs démonstrations de force font débat. Les 500 Frères font fermer les magasins qui ne respectent pas l'appel à la grève générale. Le 17 mars 2017, ils surgissent en pleine visite à Cayenne de la ministre Ségolène Royal. Ils refusent de négocier avec la délégation de hauts fonctionnaires dépêchée sur place par le gouvernement, samedi 25 mars. Depuis, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a annoncé le déplacement de "ministres" en Guyane "avant la fin de la semaine". Mais surtout, le groupe se défend d'être une milice et assure qu'il mène des actions non violentes.

Vous êtes à nouveau en ligne