"Toutes mes excuses au peuple guyanais", lance la ministre des Outre-mer depuis la préfecture de Cayenne

La ministre des Outre-mer Ericka Bareigts à Cayenne, le 29 mars 2017.
La ministre des Outre-mer Ericka Bareigts à Cayenne, le 29 mars 2017. (JODY AMIET / AFP)

Les négociations entre un collectif de Guyanais et les ministres de l'Intérieur, Matthias Fekl, et de l'Outre-mer, Ericka Bareigts, ont repris jeudi dans la préfecture de Cayenne.

"Au bout de tant d'années d'histoire, c'est à moi que revient l'honneur de dire au peuple guyanais, au-delà de ma petite personne, au-delà de mes fonctions, toutes mes excuses au peuple guyanais", a lancé la ministre des Outre-mer, jeudi 30 mars, depuis balcon de la préfecture de Cayenne et sous les applaudissements de la foule. Un peu plus tôt, la tension était retombée en Guyane et les discussions avaient repris entre les collectifs de grévistes et les ministres de l'Intérieur Matthias Fekl et des Outre-mer Ericka Bareigts. 

"Construire l'avenir de la Guyane." "Nous sommes là pour écouter, pour avancer avec des solutions concrètes", a déclaré le ministre de l'Intérieur, qui s'est dit prêt à rencontrer tous ceux qui veulent "sereinement construire l'avenir de la Guyane".

Négociations difficiles. Le collectif des "500 frères" a d'abord exigé le retrait du dispositif de sécurité érigé face à la préfecture comme préalable à toute discussion. Après plus d'une heure de négociations, les manifestants ont obtenu gain de cause et une vingtaine de représentants du collectif sont entrés, avant d'en ressortir une demi-heure plus tard, s'indignant que les médias n'aient pas été conviés aux discussions.

 Les ministres vont rester plus longtemps que prévu. "On leur donne jusqu'à samedi matin", a déclaré José Achille, un représentant de ce collectif, en parlant des ministres. Il confirme que Matthias Fekl et Ericka Bareigts ne partiront pas avant.

Vous êtes à nouveau en ligne