Crise en Guyane : la réunion entre les élus locaux et les ministres des Outre-mer et de l'Intérieur est terminée

Une manifestation dans les rues de Cayenne (Guyane), le 30 mars 2017.
Une manifestation dans les rues de Cayenne (Guyane), le 30 mars 2017. (MAXPPP)

Les élus ont rencontré les ministres de l'Intérieur, Matthias Fekl et des Outre-mer Ericka Bareigts vendredi 31 mars. Ils étaient accompagnés de cinq représentants des collectifs.

Les négociations avancent en Guyane entre les collectifs de grévistes, les élus et les ministres de l'Intérieur et des Outre-mer, vendredi 31 mars. Après plus de sept heures de discussions entre les élus et la société civile, une réunion de 45 minutes s'est tenue avec les deux ministres à la préfecture de Cayenne en fin de journée. La veille, les "excuses au peuple guyanais" présentées par Ericka Bareigts ont amélioré le climat des négociations visant à sortir la Guyane de bientôt deux semaines de conflit social.

Des excuses officielles. "Au bout de tant d'années, c'est à moi que revient l'honneur de dire, au-delà de ma petite personne, au-delà des fonctions, toutes mes excuses au peuple guyanais", a lancé la ministre au mégaphone, depuis le balcon de la préfecture, en référence à des années de sous-investissement de Paris dans ce territoire.

Une ambiance électrique. Au début des négociations, jeudi matin, les collectifs de grévistes avaient décidé de rompre les négociations. Des centaines de manifestants présents exigeaient le retrait du dispositif de sécurité érigé face à la préfecture comme préalable à toute discussion, ainsi que la présence des médias.

Des réponses au plus tard "samedi". Alors que la délégation guyanaise a apporté plus de 400 pages de propositions aux deux membres du gouvernement, une "veille ministérielle" a été mise en place à Paris pour "parvenir à des arbitrages", au plus tard samedi, sur les principaux points, a assuré Matthias Fekl.

Vous êtes à nouveau en ligne