VIDEO. Morlaix : "Rien ne peut justifier la violence", assène Manuel Valls

CLAUDE GUENEAU, ALAIN RODAIX, TANGUI KERMARREC / FRANCE 3

Des producteurs de légumes bretons ont incendié deux bâtiments publics dans l'agglomération de Morlaix.

Les réactions politiques se multiplient, samedi 20 septembre, au lendemain de l'attaque qui remet la crise en Bretagne sous les feux des projecteurs. La veille au soir, deux bâtiments publics dans l'agglomération de Morlaix (Finistère), dont le centre des impôts de la ville, ont été pris d'assaut par des producteurs de légumes en colère.

Le président de la FNSEA condamne des actes "particulièrement graves"

Le gouvernement fait preuve de fermeté. "Rien ne peut justifier la violence", a asséné le Premier ministre Manuel Valls, qui a promis des poursuites. "C'est inacceptable", a lancé Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique. De son côté, Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, a réprouvé "avec la plus grande fermeté les exactions" de Morlaix tout en appelant "l'ensemble des acteurs à l'apaisement".

Alors que le président de la FDSEA du Finistère Thierry Merret a salué l'attaque, le président de la FNSEA ne condamne pas formellement l'assaut mais appelle à la retenue. "La FNSEA n'a jamais appelé à des actes de violence. Et hier soir, les actes étaient particulièrement graves", a déclaré Xavier Beulin. Pour lui, cela traduit "une exaspération du monde agricole (...) une lassitude, une espèce de ras-le-bol. Pour autant, il y a d'autres formes d'actions".

Vous êtes à nouveau en ligne