VIDEO. Accord Ceta : si tous les Français comprenaient "de quoi il est question, beaucoup rentreraient de la plage pour manifester", assure Adrien Quatennens

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

Le député La France insoumise du Nord dénonce un traité "climaticide".

"Ce qui se passe sur le Ceta est très grave, tellement grave que si l'on créé les conditions de la contagion pour que tout le monde comprenne de quoi il est question, beaucoup de Français replieraient bagage - pour ceux qui sont partis en vacances - et rentreraient de la plage pour manifester", assure mercredi 17 juillet sur Franceinfo le député du Nord, Adrien Quatennens (La France Insoumise). L'Assemblée nationale doit se prononcer dans la soirée sur la ratification du traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada.

La "Macronie disqualifiée" pour parler d'écologie

"Ce qui se passe avec le Ceta, c'est non seulement un précédent, mais c'est catastrophique. C'est un accord de libre-échange entre l'UE et le Canada qui vise à abaisser les normes pour que les échanges puissent fonctionner", résume-t-il. 

Ça veut dire qu'on admet l'idée qu'il faut multiplier encore plus les échanges, qu'il faut faire perdurer ce grand déménagement du monde, alors que tout indique que, du point de vue climatique, il faudrait relocaliser l'activité.

Adrien Quatennens, député LFI

à franceinfo

"Celles et ceux qui vont voter pour le Ceta ce soir sont instantanément disqualifiés pour nous parler du climat et d'écologie", assène le député du Nord qui affirme que de fait, Élisabeth Borne comme son prédécesseur François de Rugy soutenant l'accord, "la Macronie est définitivement disqualifiée pour nous parler du climat". "C'est une tartufferie de défendre d'un côté ce traité climaticide et de l'autre faire des grands discours sur le climat".

Ce traité donnera plus de pouvoir aux multinationales qu'aux pouvoirs politiques

"Sur l'aspect démocratique, le Ceta est déjà appliqué à 90% depuis deux ans, sans qu'aucun parlementaire n'ait eu se prononcer sur le sujet", rappelle Adrien Quatennens. "Mais surtout les 10% restants, que nous allons avoir à valider ce soir, sont extrêmement graves", alerte le député.

Il s'agit des fameux 'tribunaux d'arbitrage' : une justice parallèle qui permettra aux multinationales de porter plainte et d'attaquer des États si elles considèrent que ses lois sont contraires à leurs intérêts.

Adrien Quatennens

à franceinfo

"Si ce traité s'applique, les multinationales auront plus de pouvoir que le pouvoir politique", conclut Adrien Quatennens. "Vous avez dans le monde une série d'arbitrages qui ont fait en sorte que des États paient des amendes à des multinationales pour avoir pris des décisions politiques souveraines contraires à leurs intérêts".

Vous êtes à nouveau en ligne