T-shirts, baskets, coques de téléphone... Plus de 1 000 contrefaçons de grandes marques saisies à la foire Outlet de Nice

Des centaines de contrefaçons ont été saisies par les douanes à la foire outlet de Nice.
Des centaines de contrefaçons ont été saisies par les douanes à la foire outlet de Nice. (DOUANES DES ALPES MARITIMES)

La valeur de la marchandise en équivalent est établie à 20 000 euros.

Depuis vendredi 14 juin, les agents des douanes ont saisi plus de 1 000 contrefaçons à la foire Outlet de Nice qui se tient jusqu'à dimanche au soir, pour la première fois au palais des congès de Nice-Acropolis, rapporte France Bleu Azur.

Une première descente des agents de Nice et Menton vendredi en début d'après-midi parmi les stands répartis sur 5 000 mètres carrés a permis de saisir des centaines d'articles contrefaits. Six stands ont été contrôlés. Les douaniers ont saisi 142 t-shirts à l'effigie de héros de comics Marvel, 175 faux pantalons Adidas et 329 t-shirts et sweats Givenchy. Dans un autre stand qui faisait lui dans la téléphonie, les douaniers ont trouvé 414 fausses coques d'iPhone et 935 faux écouteurs AirPod. 

Parmi l\'importante saisie des douanes sur la foire outlet de Nice, ces fausses coques d\'iPhone.
Parmi l'importante saisie des douanes sur la foire outlet de Nice, ces fausses coques d'iPhone. (DOUANES DES ALPES MARITIMES)

La valeur totale de la marchandise en équivalent est établie à 20 000 euros. "On est sur des volumes qui commencent à être importants. La piètre qualité des marchandises et leur présentation ne faisaient aucun doute. Les douaniers ont pu saisir directement les marchandises de fraude", précise la directrice des douanes à Nice, Marie-Christine Kuntz-Pringuet, jointe par France Bleu Azur vendredi.

Les commerçants verbalisés sur le champ

Une nouvelle descente samedi a entraîné la saisie de près de 500 contrefaçons de paires de chaussures de marque Nike et Adidas et près de 100 articles de téléphonie. Les articles sont grossièrement contrefaits mais les douaniers lancent toutefois une mise en garde aux visiteurs.

Les agents ont dressé sur place les contraventions et les commerçants ont dû payer sur le champ. Le maire de Nice, Christian Estrosi, a annoncé dès vendredi sur Twitter sa volonté de "déposer un signalement auprès du procureur de la République".

Vous êtes à nouveau en ligne