Investissements étrangers : quelles conséquences ?

FRANCE 2

Le constructeur naval STX puis Alstom : deux fleurons de l'industrie française qui passent sous pavillon étranger. Depuis les années 2000, d'autres groupes ont perdu leur bannière tricolore. Alors le phénomène est-il inquiétant ? 

En quelques années, l'entreprise Alcatel-Lucent vendue un Nokia, un Finlandais. Le cimentier Lafarge, fusionné avec un groupe suisse. Technip, fusionné aussi et aujourd'hui domicilié en Grande-Bretagne. Alors la bourse parisienne est-elle encore française ? Oui, si l'on regarde le court terme. En trois ans, la part des actionnaires étrangers dans le CAC 40 a baissé, passant de 48 à 44,5% du capital. Mais sur le long terme, l'indice vedette a bien perdu ses couleurs tricolores. En 1999, seules huit entreprises sur les 40 étaient majoritairement détenues par des étrangers. Fin 2016, elles étaient 15. Alors, quelles conséquences ?

De grandes réussites, quelques déceptions

Exemple : l'ancien groupe français Arcelor. Après sa fusion avec Mittal en 2006, ses hauts-fourneaux de Florange (Moselle) ont fermé, entraînant la suppression de centaines de postes. À l'inverse, d'autres s'en tirent mieux, comme PSA. À son capital, la famille Peugeot, l'État, mais surtout des investisseurs étrangers. Parmi eux, un constructeur chinois, Dongfeng. L'arrivée du Chinois a permis à PSA de s'implanter sur un nouveau marché. Pour les spécialistes, l'appétit des investisseurs étrangers pour nos entreprises est aussi un signe de bonne santé économique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne