Dia confirme vouloir vendre ses magasins français

Un supermarché Dia à Paris, le 7 mai 2014.
Un supermarché Dia à Paris, le 7 mai 2014. (YANN KORBI / CITIZENSIDE / AFP)

Le groupe espagnol de distribution hard-discount emploie en France environ 7 500 personnes dans quelque 865 magasins.

L'information avait été relayée mercredi par les syndicats, elle est désormais confirmée par la direction. Dia, numéro trois mondial du hard-discount, a annoncé, jeudi 8 mai, "avoir entamé les actions opportunes pour vendre la totalité de ses activités en France", où le groupe de distribution espagnol emploie environ 7 500 personnes dans quelque 900 magasins.

Le groupe a fait cette annonce dans un communiqué présentant ses résultats du premier trimestre, calculés en considérant les activités en France comme étant "interrompues". Entre janvier et mars, il a dégagé un bénéfice net en hausse de 9,7%, à 40,1 millions d'euros.

Mauvaise passe pour les activités de Dia en France 

Mardi, l'AFP avait appris de sources syndicales que le groupe envisageait de céder partiellement ou totalement ses activités en France. Lors d'un comité central d'entreprise extraordinaire à Créteil, près de Paris, mardi, les syndicats ont été informés des projets de l'entreprise, qui restent "très vagues" à ce stade, avaient expliqué des représentants des syndicats CGT et FO.

A la fin décembre 2013, Dia, sorti du giron de Carrefour en 2011, comptait 7 328 magasins dans six pays (Espagne, Portugal, Argentine, Brésil, Chine et France). Les résultats 2013 témoignaient déjà de la mauvaise marche de ses activités en France, avec un plongeon de 10,9% des ventes brutes sur l'année. Et le nombre de magasins avait baissé par rapport à 2012, passant de 888 à 865.