VIDEO. La TVA sociale voulue par Sarkozy était "criminelle", selon Sapin

Francetv info avec AFP

Invité de Public Sénat, le ministre du Travail et de l'Emploi a défendu l'augmentation de la TVA décidée par le gouvernement.

COMPETITIVITE – Invité de Public Sénat mercredi 7 novembre, le ministre du Travail, Michel Sapin, a défendu le pacte de compétitivité du gouvernement, assurant qu'il n'aurait "aucun effet récessif sur la consommation des ménages" en 2013, les hausses de TVA n'intervenant qu'en 2014.

Interrogé sur le choix d'une hausse de la TVA, alors que la gauche dans l'opposition avait critiqué la TVA sociale du gouvernement Fillon, Michel Sapin a cherché à souligner les différences entre les deux approches.

Il n'y aura pas de hausse "massive et généralisée"

"Il y avait quelque chose de criminel pour l'économie française à ponctionner 12 milliards d'euros en octobre quand on voit l'état de la situation avec une croissance zéro, avec une consommation faible (...)", a-t-il dit. Cette hausse de la TVA devait s'appliquer au 1er octobre.

"Nous le faisons en 2014 à un moment où on peut penser" que la situation économique sera améliorée, a-t-il fait valoir. Par ailleurs, a-t-il noté, il n'y aura pas de hausse "massive et généralisée" de la TVA, mais trois différents taux (5%, 10% et 20%), avec même un taux en baisse (de 5,5% à 5%) sur les produits de première nécessité.

Vous êtes à nouveau en ligne