Rapport Gallois sur la compétitivité : 22 mesures pour enrayer le "décrochage" de la France

(Maxppp)

Louis Gallois s'est adressé lundi midi à la presse après avoir remis son très attendu rapport sur la compétitivité au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. L'ancien président d'EADS préconise 22 mesures "principales" pour créer un "choc de confiance" et un "pacte social". Il recommande notamment une baisse du coût du travail de 30 milliards d'euros.

Louis Gallois est arrivé
à Matignon à 11h30. Sous son bras, le rapport qui porte son nom. Il n'a dit que "bonjour ", aux journalistes, mais n'a pas manqué d'exhiber son
épais dossier bleu aux photographes.

Créer un "choc de confiance"

Une heure plus tard,
devant la presse, il affirme être parti d'un diagnostic "assez sévère "
pour élaborer 22 mesures "principales " censées relancer la compétitivité
de l'industrie française. Pour, explique-t-il, arrêter la "glissade ",
le "décrochage " et "soutenir l'investissement ", il faut
créer un "choc de confiance ", un "pacte social " qui
serait le socle du "pacte de compétitivité ".

L'ancien patron d'EADS a
notamment confirmé qu'il recommandait une baisse du coût du travail de 30 milliards
d'euros, parmi les 22 propositions du rapport sur la compétitivité. Ces 30
milliards devaient être répartis en 20 milliards de baisse des cotisations
patronales et 10 milliards des cotisations salariales.

François Hollande, en
déplacement au Laos, après la remise du rapport, a annoncé "des décisions fortes dès mardi. Lundi, il avait assuré que " tout serait fait pour l'emploi ".

" Il faut que le club France travaille de manière solidaire
et
s'engage dans cette reconquête "

Avant d'appeler 
les Français à soutenir ce qu'il estime être un "effort collectif ",
un "nouvel élan du dialogue social en France ", Louis Gallois a expliqué croire qu'il fallait "une
véritable mobilisation
", un "véritable
patriotisme
". "Il faut que le club France travaille de manière solidaire
et
s'engage dans cette reconquête
, explique-t-il. Cela prendra du temps,
cela veut
dire qu'il faudra de la méthode et de la persévérance.
"

Pas de prise de décision avant début 2013

Mardi, le gouvernement se réunira en séminaire, à l'issue duquel, probablement vers midi, le Premier ministre annoncera les premières mesures retenues et les pistes mises à l'étude.

Il faudra attendre le
début de l'année 2013 pour entrer dans la phase de prise de décisions, notamment
pour les mesures qui touchent à la dimension "coût", après la remise
d'un autre rapport, celui du Haut Conseil du financement de la protection
sociale. François Hollande avait assuré que quand les mesures seront prises,
elles devraient être appliquées sur toute la durée du quinquennat.