La France améliore encore son rang dans le classement de la compétitivité

Le président François Hollande est assis dans une classe de l\'école Jean Rostand Orléans (Loiret), le 1er septembre 2016.
Le président François Hollande est assis dans une classe de l'école Jean Rostand Orléans (Loiret), le 1er septembre 2016. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

L'Hexagone occupe désormais le 21ème rang, après le 22ème rang l'année dernière.

La compétitivité de la France continue de s'améliorer, pour la deuxième année consécutive. L'Hexagone occupe désormais le 21ème rang, après le 22ème rang l'année dernière, selon le dernier rapport de la compétitivité mondiale 2016/2017 établi par le Forum économique mondial (WEF), rendu public mercredi 28 septembre à Genève.

Auparavant la France avait connu plusieurs années de reculs successifs. Avec cette 21e place, le pays reste cependant encore éloigné de sa 15ème place qu'elle avait obtenue en 2010, selon le WEF, qui organise chaque année le Forum de Davos. Le classement global 2016/2017 montre aussi que les 3 premières places sont occupées par le même trio gagnant que l'an dernier, c'est-à-dire la Suisse, Singapour et les États-Unis.

"Une amélioration de l'environnement macroéconomique"

L'étude du WEF, réalisée auprès de 140 000 chefs d'entreprise dans 138 pays, donne un classement mondial des pays les plus compétitifs, sur la base de 12 piliers, considérés comme des indicateurs de la compétitivité. Il s'agit notamment des infrastructures, de l'environnement macro-économique, de la santé, de l'éducation primaire, de l'efficacité du marché du travail ou de l'innovation. 

Concernant la France, les économistes du WEF relèvent que deux éléments lui ont permis de gagner une place dans ce classement : "une amélioration de l'environnement macroéconomique", grâce à la réduction du déficit budgétaire public, et une "amélioration de la sophistication des entreprises". Les économistes soulignent également les points faibles du pays, tels une "lourde dette publique et une inflation proche de zéro".

Le WEF salue par ailleurs les efforts du gouvernement français à faire adopter la loi sur le travail, en dépit "d'une opposition considérable". Cette loi devrait donner un coup d'élan à la compétitivité du pays, selon le WEF. La France devrait aussi veiller "à garder et recruter des talents", ajoute le WEF. Dans ces domaines, la France a perdu respectivement 23 rangs et 9 rangs, illustrant le fait que de nombreux diplômés préfèrent quitter le pays et que l'Hexagone attire moins des scientifiques et ingénieurs étrangers.