Commerce : les députés votent un amendement pour simplifier l'exploitation des cafés dans les villages

France 3

L'Assemblée nationale a adopté un amendement qui va favoriser l'exploitation de cafés et de bars dans les communes de moins de 3 500 habitants. Des établissements qui tiennent une place importante dans les communes de moins de 3 500 habitants.

À Argentré (Mayenne), le café tenu par Juliette n'a pas de percolateur, le café est fait à la bonne franquette. Juliette Neel, 90 ans, a derrière elle quarante-sept ans de licence IV et pas vraiment de repreneur à l'horizon. "J'attends de mourir là", lâche la commerçante, qui peut compter sur le soutien de son chien. En plusieurs décennies, Juliette a vu sa clientèle diminuer. Reste les habitués, qui, au fil des ans, sont presque devenus des membres de la famille.

7 000 débits de boissons ferment tous les ans

Ils viennent "par amitié pour la patronne", par "habitude de boire [leur] café le matin" dans un café. Pour eux, ça ne fait pas un pli : un café "c'est la vie d'un village (...) ça permet de discuter avec d'autres gens, de rencontrer, de partager aussi". Et quand un café ferme, certaines communes préfèrent racheter la licence IV, comme à Sacé (Mayenne), où le bar est désormais tenu par une association et ouvre chaque vendredi soir. Antoine Valprémit, le maire, estime que "ramener de la vie dans les milieux ruraux, dans les villages c'est très bien. Il faut que les habitants jouent le jeu". En France, 7 000 débits de boissons ferment tous les ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne